Moyen-Orient > Articles > Articles
  



L’Iran et le nucléaire   9/08/2010

L’Iran et le nucléaire

Beaucoup en Occident se posent la question sur les effets probables d'une accession de l'Iran à l'arme nucléaire, se disant que « c'est quand même un pays qui veut la destruction d'Israël. Et un jour ou l'autre il y aura un fou, type Coréen du Nord qui ne dira pas comme nous c'est une arme de dissuasion... mais une arme de destruction ! La question est difficile, car il est difficile de savoir ce qu'un fou peut faire. Mais nous pouvons dire que l'Iran n'est pas une dictature à la Coréenne. Si certains doutent que l'Iran soit une démocratie, c'est quand même un pays où les décisions ne sont pas prises par une seule personne. L’ayatollah Khamenei a autour de lui plusieurs personnages et plusieurs instances politiques avec, chacune, ses moyens et ses pouvoirs.Celui qui le remplacera sera élu au moins par un grand nombre de chefs religieux et d'ayatollahs. Il y a aussi un parlement élu (avec plus ou moins d'honnêteté et de libertés); il y a aussi un président de la république et un gouvernement. Il y a ainsi une certaine prise de décision collective sur des matières aussi importantes que sera l'utilisation de l'arme nucléaire, sachant que si l'Iran l'utilisait, il serait automatiquement rayé de la carte.Sans oublier que l'ayatollah Khamenei avait déjà expliqué que la production et l’utilisation d'armes nucléaires étaient interdites par sa religion. On peut le croire ou non, mais l'Iran se défend de chercher à produire des armes nucléaires.

Enfin, je crois qu'il y a une exagération à facilement mettre les fous dans les rangs de nos ennemis, surtout chez les Iraniens, qui sont connus pour leur intelligence et leur habileté diplomatique. Il ne faut pas oublier que ce pays fut un des premiers empires civilisés. Il est vrai qu'aujourd'hui, il y a une propagande d'origine israélienne disant qu'Ahmadinejad croit au retour du Mahdi à la fin du monde et qu'il chercherait à la provoquer.

Il est à se demander, dans ce cas, où se trouverait le vrai fou. Ne chercherait-on pas plutôt à faire peur pour des raisons cachées ?
En fait, le meilleur moyen d'affaiblir l'Iran, dans le monde arabe, serait que les Israéliens commencent à vraiment parler de paix avec les Arabes en se basant sur la justice (une proposition arabe, en ce sens, existe déjà, depuis 2002). Ils seraient vraiment étonnés de réaliser, après la paix, combien ils ont été idiots de ne pas l'avoir fait plus tôt.

Enfin, il est possible que les ennemis ne soient pas ceux qu'on croit : Au temps de Reagan, juste après l'affaire de l'ambassade et la destruction de l'armada américaine "par le vent divin", nous avons eu le scandale de l'Irangate, durant lequel les Américains ont vendu des armes à leurs « ennemis » iraniens par l'intermédiaire de la Mossad. Le Shah a raconté dans ses mémoires que les Américains ont aidé à le renverser.L'Amérique a cherché à détruire les deux plus puissants ennemis de l'Iran : Saddam Hussein et les taliban, tandis que la Turquie sunnite, membre de l'Otan et alliée d'Israël s'entend avec l'Iran, son rival chiite, et n'a pas peur de le voir posséder l'arme nucléaire. C'est pour cela que je ne sais plus qui est l'ennemi de qui.Tout ce que j'espère, c'est qu'un jour il y aura en Israël un gouvernement qui pensera sérieusement qu'une paix juste est dans son intérêt et la meilleure solution pour sa sécurité. Car il ne sera plus tabou de s'allier avec lui et, avec l'aide de l'Occident, il pourra profiter de sa paix avec les Arabes pour avoir à la fois du pétrole et une main d'œuvre bon marché. Mais cela donnerait tellement de pouvoir à la région, qui pourrait devenir confédérale, sous direction israélienne, qu'aucune grande puissance, ayant toute sa raison, ne pourrait le permettre.

Roger AKL
09.08.2010
(c) Roger Akl et Europe & Orient


Vous avez aimé cet article ? Faites un don (montant libre avec un minimum de 3 €)

 


Retour...



© 2014 - Europe & Orient

Retour à la page d'accueil Plan du site