Asie-mineure > Articles > Articles
  



Les ancêtres d'Erdogan et le Génocide arménien   13/12/2009

Les ancêtres d'Erdogan et le Génocide arménien

Un auteur français remarquable a dit justement, "nous sommes tous les produits de nos enfances". Afin de comprendre correctement n'importe quel politicien, ou même n'importe quel homme, il est nécessaire de comprendre d'où lui ou elle vient. C'est encore plus important qu'après qu'Erdogan a dit, "mes ancêtres n'ont jamais commis de génocide!".

Revenons aux ancêtres d'Erdogan. Recep Tayyip Erdogan a des ascendants Kartvelien1, plus spécifiquement, ses ancêtres étaient des Laz. Il a déclaré ce fait lui-même sur le 12 août 2004, lors d'une visite à Batumi2. Le grand-père du Premier ministre actuel de la Turquie s'appelait aussi Recep ; il a habité dans Bagat, près de Batumi, jusqu'à 1878, et son père, à son tour, était un "imam" local pendant plusieurs années. Après la guerre de 1877-78, quand Batumi est devenu une partie de l'empire russe, ce Recep a émigré à la ville de Rize3, où il a été connu en tant que " Recep de Bagat ". Il est mort pendant la première guerre mondiale, en 1916, alors qu'il combattait les forces russes avançant vers Rize.4

Bien que Recep Tayyip soit né à Istanbul (le 26 février 1954), il a passé la grande partie de son enfance - jusqu'à l'âge de treize ans- dans Rize, la ville de ses ancêtres. Son père, Ahmed, travaillait dans le Garde côtier, alors que sa mère, Tenzilé, était une ménagère, élevant cinq enfants. En 1967, la famille d'Erdogan s'est déplacée de nouveau, cette fois à Istanbul, où Recep a reçu un diplôme d'une école religieuse – "Imam Hatip Lisesi" - en 1973. Pendant  qu'il était à l'école, à l'âge de seize ans, il a commencé à livrer des sermons. Peut-être Recep Tayyip serait devenu un imam comme son arrière-grand-père, si la religion ne prenait pas progressivement une plus grande place dans la politique turque.

L'épouse de Recep Erdogan, Emine Erdogan, est de la ville de Siirt (Sgherd en arménien), éthniquement Arabe. Ils ont quatre enfants.

Et maintenant, revenons à la participation des ancêtres au Génocide arménien.

Personne n'accuse personnellement les ancêtres d'Erdogan pour avoir perpétrer le Génocide arménien. D'ailleurs, personne n'accuse non plus la génération actuelle de la population turque pour le Génocide arménien. Néanmoins, bien que les Turcs d'aujourd'hui ne soient pas coupables des crimes de leurs ancêtres, ils sont pourtant responsables d'eux, comme les Allemands d'aujourd'hui, alors que dégagés de l'accusation quant aux crimes des Nazis, portent leurs responsabilités et continuent jusqu'à présent portent silencieusement et patiemment ce fardeau lourd. Et cette responsabilité est exprimée non seulement par la condamnation explicite de l'acte criminel elle-même, mais également par les centaines de milliards de l'aide qui ont été accordés et qui continuent à être accordés à Israël.

La République turque est non seulement la continuité légale et directe de l'empire Ottoman, mais elle continue à maintenir également un cordon ombilical et des passerelles politiques et idéologiques avec ceux qui étaient au pouvoir dans les derniers jours de l'empire, les Jeunes Turcs. C'est un fait incontestable que tous les fondateurs de la République turque - incluant Mustafa Kemal - étaient des membres du Parti "Ittihad ve Terraki" (Union et Progrès) qui avait orchestré le Génocide arménien. Pour cette raison, beaucoup de spécialistes incluent les jeunes Turcs dans leurs chronologies des premières années de la république, entre 1908 et 1950 (comme "l'ère Jeune-Turc dans l'histoire turque")5.

En conséquence, même si les ancêtres d'Erdogan n'ont pas été directement impliqués dans le Génocide arménien, cependant, les ancêtres politique d'Erdogan, sans aucun doute, ont commis le premier génocide du XXe siècle.

Ainsi, aussi longtemps que le peuple turc ne condamne pas le Génocide arménien et continue à profiter des fruits de ce crime, il est, in fine, pour le moins complice du premier génocide du XXe siècle. En fin de compte, les criminels ne sont pas seulement ceux qui accomplissent le crime, mais également ceux qui sont du côté de ce crime, et ceux qui acquièrent les butins.

Ara Papian
Centre Modus Vivendi
12.12.2009 


1 Le Kartveliens se composent de quatre groupes liés : les Svans, les Georgiens, le Mingreliens et les Laz [ Silvia Kutscher, Lazuri Nena - la langue du Laz, université de Cologne ].
2 RFE/RL. 23 juillet, 2007
3 Un autre Premier ministre de la Turquie a des racines dans Rize ; les ancêtres d'Ahmet Mesut Yilmaz, cependant, sont considérés comme des Arméniens de Hamshen.
4 La ville de Rize a été occupée par les Russes le 7 mars, 1916 [ La Campagne Russe de 1915-16 en Arménie, The Times History of the War, v. X, Londres, 1917, p. 260 ].
5 Erik J. Zurcher, Turkey : A Modern History, Londres-New York, 1998.

 


Vous avez aimé cet article ? Faites un don (montant libre avec un minimum de 3 €)

 


Retour...



© 2014 - Europe & Orient

Retour à la page d'accueil Plan du site