Opinions > Tribune libre
  



La stratégie du bord du gouffre   29/07/2006

La réponse de Roger AKL à l'article de Del Valle et Darmon 

La stratégie du bord du gouffre
par Roger AKL

La guerre entre Israël et le Hezbollah s’est transformée d’abord en une
guerre entre le Liban et Israël, puis en une guerre entre les peuples (et
non les gouvernements dont le Libanais) arabes et l’Occident. Pourquoi ?
Parce qu’une attaque du Hezbollah, sur des militaires israéliens, a été
transformée par Israël en une guerre totale contre le Liban, son économie,
son infrastructure, ses militaires et ses civils. Certains, surtout
libanais, ont critiqué l’attaque du Hezbollah comme mauvaise à cause de son
timing et d’autres ont critiqué la réponse du Hezbollah aux bombardements
israéliens par des lancements de roquettes sur les villes israéliennes.

Je voudrais donc rappeler qu'après l'attaque israélienne de 1996 sur le
Liban, appelée "les raisins de la colère", Israéliens et Hezbollah avaient
été emmenés à faire un accord de ne plus jamais attaquer des innocents dans
les combats entre militaires. Cela et les remarques suivantes ne sont pas
rappelés dans la presse mondiale :

1 - Il est à remarquer que, déjà à ce moment-là, en 1996, Israël, répondait
aux attaques du Hezbollah sur ses militaires, par des bombardements sur les
civils libanais, qui tuaient hommes, femmes, vieillards et enfants. Le
Hezbollah répondait sur les civils israéliens qu’il n'avait attaqués, que
lors qu'Israël bombardait les villages et les villes libanaises tuant
principalement des civils.

2 - L'attaque du Hezbollah contre l'armée israélienne, lui faisant deux
prisonniers et non deux kidnappés, car on ne kidnappe pas des soldats bien
armés, entrait donc dans le cadre de cet accord et cherchait à faire libérer
les prisonniers libanais, dont plusieurs vraiment kidnappés, dans une
opération d'échanges de prisonniers. Elle répondait aussi aux violations
incessantes, par les armées israéliennes, de la ligne bleue définie par
l'ONU (plus de 13000 violations), à l'occupation des territoires libanais de
Chebaa et de Kfarchouba et surtout à l'assassinat de deux chefs du Hezbollah
par des agents de la Mossad en pleine ville de Saïda.



Israël a répondu à cette attaque limitée aux militaires, par une guerre
totale contre le Liban et ses civils sous couvert d'une guerre contre le
Hezbollah, espérant, encore une fois, diviser les Libanais et déclencher une
guerre civile chez son voisin, comme ses alliés américains ont fait en Irak,
tout cela dans un plan préconçu de "chaos constructif", pour créer un
"Nouveau Moyen-Orient" de guerres confessionnelles.

La riposte du Hezbollah sur les villes israéliennes était donc une riposte
calculée et suivant les lois musulmanes sur la guerre juste (Nasrallah est
un religieux et descendant du prophète Mahomet) : prévenir l’ennemi de sa
riposte et riposter à l'échelle de l'attaque.



Certains ont attaqué le Hezbollah parce qu'il a tué des enfants. Combien de
civils et d'enfants libanais ont-ils été tués par les aviateurs israéliens,
assis confortablement et lâchement (car ils savent que les Libanais ont été
"interdits" par leurs alliés occidentaux de posséder des armes modernes,
dont des missiles défensifs contre avions) dans leurs cabines climatisées ?
Israël pouvait ainsi faire ce qu'il voulait du Liban et des Libanais et il
massacrait à coeur joie, jusqu'à la création du Hezbollah, due justement à
l'invasion du territoire libanais par l'armée israélienne en 1982 et à
l'oppression et au meurtre des chiites par ses soldats.



D'autres ou les mêmes font remarquer que parmi les civils israéliens tués,
il y a deux Arabes. Je crois que c'est une remarque raciste et anti-sémite.
Raciste, parce qu'elle différencie entre citoyens de même nationalité, et
anti-sémite, parce qu'elle suppose que l'Etat d'Israël est un Etat raciste
ou injuste qui différencie entre ses citoyens suivant leur race ou leur
religion.



Enfin, oui, le Hezbollah répond du tac au tac Aux agressions et aux
bombardements israéliens et cheikh Hassan Nasrallah l'a promis à son peuple
et en a prévenu Israël en disant : "nous sommes passés à la phase d'après
Haïfa et bientôt nous passerons à l'après après Haïfa". La meilleure façon
d'arrêter la surenchère est d'arrêter les combats, faire un cessez-le-feu
immédiat et s'entendre sur les causes réelles de ce massacre, celles citées
plus haut.

Mais Israël ne le veut pas car il avait planifié depuis longtemps cette
attaque avec ses amis américains (San Francisdo Chronicle raconte qu'en
Septembre 2005 Israël avait soumis le plan de cette invasion aux Américains.
L’attaque israélienne sur le Liban était prévue pour septembre ou octobre
2006) et avait cru qu'il ne ferait qu'une bouchée du Hezbollah. Les généraux
israéliens, rendus arrogants et imprudents par leur supériorité
technologique et leurs victoires sur tous les Arabes réunis, avaient oublié
cet adage : "On sait quand et comment on commence une guerre, mais on ne
sait jamais quand et comment on la finit.



Maintenant Israël ramasse ses morts militaires et civils, ainsi que son
humiliation comme "armée invincible" battue par une "milice terroriste" qui
se bat comme une armée avec les armes du pauvre. Son gouvernement pense à
une stratégie de surenchère. Il rappelle ses réservistes et prie Condoleeza
Rice de lui donner encore du temps. Celle-ci se met en quatre pour l'aider
et se met à dos l'opinion mondiale et même les Nations-Unies (qui accusent
Israël du meurtre de quatre de ses observateurs) en empêchant un cessez-le
feu et en poursuivant le massacre des civils israéliens et libanais, voulu
par son allié Israël et peut-être par le gouvernement américain.



Ce massacre ne met pas seulement en danger les civils des deux pays, mais
encore les touristes du monde entier venus se prélasser au soleil du Liban
et d'Israël, dont des Français pris en otages de la politique de la terre
brûlée prônée par le gouvernement israélien qui n'avait pas imaginé qu'elle
entraînerait une riposte adéquate sur ses propres villes de la part du
Hezbollah, car jamais, depuis 1948, les Arabes n'avaient pu bombarder aussi
loin à l'intérieur d'Israël. Jamais, depuis 1948, toutes les armées arabes
réunies n'avaient pu résister plus de sept jours à l'Armée israélienne.
C'est pour cela qu'Israël se trouve dans une situation déplorable et que le
Hezbollah, même s'il était battu militairement dans quelques jours, ce qui
est fortement improbable, a déjà gagné une victoire historique sur Israël,
victoire qui a donné espoir aux peuples arabes et fierté et orgueil aux
Libanais, tous les Libanais. Ce peuple pacifique libanais qui faisait le
mépris des Arabes, parce que neutre, désarmé, commerçant, intellectuel,
laïc, a été forcé par l'agressivité d'Israël, de se rappeler ses combats
séculaires pour sa liberté, contre des armées autrement plus puissantes et
des empires.



C'est pour cela que le combat du Hezbollah contre Israël, n'est plus, par la
faute de ce dernier, le combat d'une simple milice religieuse ou fanatique,
mais le combat de la nation libanaise pour ses libertés et celles des
peuples du Moyen-Orient. Gare aux potentats autoritaires asservis à
l'Occident, gare à tous ceux qui veulent créer un "nouveau Moyen-Orient" sur
les tombes de ses peuples.

Alors, oui, les armes du Hezbollah pourraient avoir été envoyées par l'Iran,
via la Syrie. Pourquoi pas ? On s'arme là où l'on trouve pour se défendre
comme on peut. Les Américains se plaignent que l'Iran veut produire des
armes nucléaires. A part le fait, que tout pays a le droit d'en avoir tant
que ses agresseurs et ses ennemis en ont, leur intervention en Irak les a
affaiblis tellement qu'ils ne peuvent plus influencer les décisions
iraniennes. Car personne, à part l'Iran et la Syrie ou une débandade de
leurs armées, ne peut les sortir des sables mouvants irakiens. Ce serait
pour cette raison qu'ils auraient "conseillé" cette fuite en avant des
Israéliens, fuite en avant qui pourrait se terminer par une fuite tout court
ou une guerre régionale se transformant par la suite en guerre mondiale.



Leur recherche de diviser les musulmans en chiites et sunnites et créer des
guerres confessionnelles musulmanes, commencées en Irak et poursuivies au
Liban, a échoué. Même Al Qaïda se range aujourd'hui du côté du Hezbollah.
Les Etats-Unis et Israël sont en train d'exciter un milliard de musulmans,
dont ceux européens et américains, à la haine, non seulement contre eux,
mais contre tout l'Occident. Haine qui pourrait se transformer en guerre
asymétrique mondiale utilisant des armes de destruction massive. C'est pour
cela qu'un cessez-le-feu immédiat est urgent


Retour...



© 2014 - Europe & Orient

Retour à la page d'accueil Plan du site